Bilan de Vision2020: 2010 à 2012

Bilan de Vision2020: 2010 à 2012
Document D'Information

Bilan de Vision2020: 2010 à 2012
Communiqués de Presse:

L'industrie des produits forestiers traverse actuellement une période prometteuse; notre industrie est en plein développement et en pleine transformation dans le cadre de la feuille de route stratégique Vision2020.  Publiée en 2012, Vision2020 a établi trois ambitieux objectifs : renouveler sa main-d’œuvre par l'embauche de 60 000 nouveaux travailleurs, améliorer de 35 %  supplémentaires l'empreinte du secteur sur l'environnement et générer 20 milliards de dollars supplémentaires en activité économique grâce à l'innovation et aux nouveaux marchés.

Afin de suivre la progression des progrès collectifs de l'industrie, l'APFC s'est engagée à rendre compte de ces progrès tous les deux ans.  Nous sommes fiers de rendre public le premier rapport bisannuel du programme Vision 2020 : La voie vers la prospérité, qui indique les progrès réalisés pour chacun des trois objectifs au cours de l'année de référence 2010 à 2012.

Ce rapport est un aperçu de la période au cours de laquelle l'industrie canadienne se remettait encore de la récession, lorsqu'elle perdait des emplois et que ses usines fermaient.  Toutefois, entre 2010 et 2012, les entreprises canadiennes de produits forestiers se sont remises à embaucher et ont recruté 8000 nouveaux travailleurs, et le rythme d'embauche devrait s'accélérer avec la transformation de l'industrie.

Le bilan des progrès réalisés en matière d'environnement par le secteur forestier canadien est déjà reconnu mondialement; d'après une analyse récente de marché internationale, le Canada est perçu comme le meilleur fournisseur de produits forestiers de la planète, en matière de pratiques et de réputation environnementale.  De plus, ce rapport indique que l'industrie a amélioré encore davantage sa performance.  Au cours de ces deux années, l'empreinte environnementale du secteur a été réduite de 6 % supplémentaires, ce qui comprend une diminution des émissions dans l'eau et dans l'air, une baisse de la consommation d'énergie et moins de déchets enfouis.

Entre 2010 et 2012, l'industrie canadienne a vu son activité économique n'augmenter que de 0,5 milliard de dollars.  En fait, cela ne donne qu'un aspect de la situation.  Comme l'adoption de nouveaux produits et la pénétration de nouveaux marchés ne se font pas du jour au lendemain, les résultats ne reflètent pas encore l'envergure des efforts déployés par l'industrie et ses partenaires.  Lors de la collecte des données concernant notre activité économique, nous nous sommes rendu compte que Statistique Canada ne reconnaît pas, par exemple, les mesures bioénergétiques et d'autres bioproduits pour le secteur forestier.  Comme le secteur continue de mettre au point de nouveaux produits forestiers innovateurs, nous devons revoir la façon de mettre en évidence leur valeur.  Des données plus récentes indiquent une solide croissance; par exemple, en 2013 les exportations du secteur forestier ont grimpé de 27 % et le PIB de l'industrie des produits forestiers canadiens a connu une progression de 3,4 %, un taux plus rapide que le 2 % de l'ensemble de l'économie.

On ne peut atteindre les ambitieux objectifs de Vision2020 sans la coordination et la participation de nombreux acteurs économiques.  En plus du travail important accompli par les sociétés forestières, il y a un rôle à jouer pour le milieu universitaire, les gouvernements fédéral et provinciaux, les groupes de défense de l'environnement et les autres partenaires.

Le gouvernement fédéral contribue déjà à des programmes, comme Investissements dans la transformation de l'industrie forestière (ITIF), et FPInnovations qui a mis au point la cellulose nanocristalline (CNC) et les filaments de cellulose, deux nouveaux matériaux du bois avec d'immenses possibilités.  En outre, la créativité du milieu universitaire est exploitée par le biais du réseau Forest Innovation by Research & Education (FIBRE) qui regroupe huit réseaux de recherche et 27 universités. 

J'aimerais remercier tous ceux et celles qui permettent à notre industrie de progresser vers les objectifs de Vision2020, toutefois il y a encore beaucoup à faire.  La réalisation de Vision2020 continuera à demander un effort collectif, une réflexion audacieuse et de la détermination.  L'industrie doit continuer à collaborer avec les gouvernements, les penseurs de politiques, les universitaires et les autres partenaires dans le but de trouver la meilleure voie technologique, sociale, environnementale et économique vers le progrès.  Et ainsi, nous pourrons ensemble faire en sorte que le secteur des produits forestiers demeure un chef de file mondial, dynamique et innovateur, qui contribue à la prospérité du Canada.