RECOMMANDATIONS DE L’APFC POUR LE BUDGET 2011 :
https://www.fpac.ca/publications/Forest Product Industry submission_FR_v5.pdf

L’Association des produits forestiers du Canada (APFC) félicite le gouvernement pour sa gestion ferme pendant une période économique difficile et le presse de tirer parti de la solide position du Canada en établissant de façon stratégique des conditions qui aideraient l’industrie à contribuer de façon plus écologique, plus concurrentielle et plus innovatrice à la bioéconomie.

Le président et chef de la direction de l’APFC, Avrim Lazar, expliquera aujourd’hui au Comité permanent des finances de la Chambre des communes qu’il est également essentiel, pendant une reprise économique fragile, de renouveler et de recentrer les initiatives qui aident déjà l’industrie à se transformer.

« Le gouvernement a pris des décisions nécessaires, parfois difficiles, pour s’assurer que le Canada sorte de la récente récession dans la meilleure position possible », affirme M. Lazar. « Nous devons maintenant profiter de cette situation pour accélérer l’amélioration de la compétitivité de notre industrie, pour nous servir de façon plus marquée de notre dossier environnemental comme avantage concurrentiel et pour profiter des possibilités de la bioéconomie. »

Le secteur privé, notamment l’industrie des produits forestiers, veut mettre l’épaule à la roue pour faire progresser la reprise économique. Mais il se heurte à des niveaux d’investissement et de productivité qui tirent de l’arrière, à une concurrence internationale qui s’intensifie et à un client, au sud de la frontière, qui éprouve des difficultés économiques.

« Le secteur forestier a sans aucun doute traversé une période très difficile, mais il émerge de la récession avec un nouveau visage dynamique et il fait preuve d’un leadership solide au plan de l’environnement. Il a sa place dans le secteur de la bioénergie et profite des nouvelles exportations internationales, notamment en Chine. Le potentiel économique des nouvelles technologies et des nouveaux produits est réellement immense », ajoute M. Lazar. « Nous ne ménageons pas nos efforts aujourd’hui pour assurer les emplois de demain, mais pour réussir, il faut que le gouvernement aille dans la bonne direction. »

Il estime que le budget fédéral 2010 comprenait d’importantes mesures pour stimuler l’innovation et les investissements. « Nous devons continuer à mettre ces réussites à profit ».

L’APFC offre une voix, au Canada et à l’étranger, aux producteurs canadiens de bois, de pâte et de papier pour les questions touchant le gouvernement, le commerce et l’environnement. L’industrie canadienne des produits forestiers emploie directement environ 240 000 personnes d’un océan à l’autre, plus que les secteurs de l’automobile et de l’aérospatiale réunis. Elle aspire à être un chef de file mondial innovateur et écologique. Compte tenu de conditions commerciales adéquates, l’industrie compte doubler son chiffre d’affaires au cours des dix prochaines années, pour que sa contribution à l’économie canadienne représente 100 milliards de dollars d’ici 2020.

On trouvera les détails de la présentation de l’APFC au Comité permanent des finances au : www.fpac.lo

-30-

Association des produits forestiers du Canada
L’Association des produits forestiers du Canada (APFC) offre une voix, au Canada et à l’étranger, aux producteurs canadiens de bois, de pâte et de papier pour les questions touchant le gouvernement, le commerce et l’environnement. L’industrie canadienne des produits forestiers, dont le chiffre d’affaires atteint 54 milliards de dollars par année et qui représente près de 2 % du PIB du Canada, est l’un des plus gros employeurs du pays, a des activités dans des centaines de collectivités et procure des centaines de milliers d’emplois directs et indirects d’un océan à l’autre.

 
Contact média :
Susan Murray
Directrice générale, Relations publiques
Association des produits forestiers du Canada
smurray@fpac.ca
613-563-1441, poste 313