Plus tôt aujourd’hui, l’organisme consultatif de l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) en matière de forêts a diffusé des détails sur la façon dont l’aménagement forestier durable et les produits forestiers sont bien placés pour favoriser une relance saine, verte et inclusive au moment où le monde entier est toujours confronté à de sérieux défis liés à la COVID-19.

Dans une déclaration publiée aujourd’hui à Rome, en Italie, le Comité consultatif de la filière bois durable (Advisory Committee of Sustainable Forest-based Industries [ACSFI]) a cité le rôle essentiel que la foresterie et les produits forestiers jouent pendant la pandémie, et comment ils peuvent favoriser la reprise économique tellement nécessaire.

Derek Nighbor, président et chef de la direction de l’Association des produits forestiers du Canada (APFC) et président du Conseil international des associations forestières et papetières (ICFPA), a fait la déclaration suivante aujourd’hui :

« Cette année a été incroyablement difficile. Des millions de vies ont été changées pour toujours : 35 millions de personnes atteintes, plus d’un million de décès, un désastre économique et des souffrances pour trop de familles et d’entreprises dans le monde.

La situation nous a tous forcés à réfléchir à la manière d’aider nos collectivités, de mieux nous en occuper et d’appuyer la croissance et la reprise économique d’une façon qui est bonne pour la planète et ne laisse personne de côté.

L’ICFPA considère d’un bon œil la déclaration de l’ACSFI, qui est conforme aux ambitions de l’ONU visant à établir un avenir prospère, inclusif et durable. Il faudra pour ce faire terrasser ce virus, s’attaquer aux changements climatiques et créer des possibilités économiques pour les travailleurs et leurs familles.

Partout dans le monde, le secteur forestier et ses travailleurs continuent de répondre à cet appel à l’action en fournissant des produits de qualité qui procurent des bienfaits sanitaires et environnementaux, des solutions pratiques pour réduire notre empreinte carbone et des emplois pour subvenir aux besoins de nos familles. La déclaration d’aujourd’hui confirme que nous avons la possibilité de faire partie de la solution. »

On peut lire la déclaration de l’ACSFI ici :  http://www.fao.org/forestry/industries/9530/fr/

 

– 30 –

 

L’APFC offre une voix, au Canada et à l’étranger, aux producteurs canadiens de bois, de pâte et de papier pour les questions touchant le gouvernement, le commerce et l’environnement. L’industrie des produits forestiers, dont le chiffre d’affaires annuel atteint 73,6 milliards de dollars et qui représente 12 % du PIB manufacturier du Canada, a des activités dans plus de 600 collectivités. Elle procure 230 000 emplois directs et plus de 600 000 emplois indirects d’un océan à l’autre, ce qui en fait l’un des principaux employeurs au pays.

L’ICFPA est un forum de dialogue, de coordination et de coopération d’envergure mondiale. L’organisme représente actuellement 18 associations du secteur de la pâte, du papier, du bois et des produits de fibre de 28 pays, dont les plus grands producteurs de pâte, de papier et de produits du bois au monde.

 

Pour plus d’information :
Kerry Patterson-Baker, v.-p. aux Communications
Secrétariat des communications de l’ICFPA
c : kpatterson-baker@fpac.ca
t : 613-563-1441, poste. 314
Suivez-nous sur Twitter : @FPAC_APFC