Plus tôt aujourd’hui, le ministre des Ressources naturelles du Canada, l’honorable Seamus O’Regan, a lancé un appel de propositions en vertu du programme Investissements dans la transformation de l’industrie forestière (ITIF). L’Association des produits forestiers du Canada (APFC) voit d’un bon œil ces investissements du fédéral, qui visent à faire progresser la bioéconomie forestière vers un avenir énergétique à faibles émissions de carbone, tout en créant et en maintenant des emplois dans les localités de tout le pays.

Le secteur forestier canadien a investi considérablement dans les technologies pour réduire les déchets de bois, rechercher des possibilités de bioraffinage de prochaine génération et développer de nouveaux bioproduits. Les sommes investies par l’industrie et le gouvernement en recherche et développement, comme par le programme ITIF, ont mené à une multitude de nouveaux bioproduits qui remplacent des matériaux à plus forte intensité de carbone, réduisent les émissions et créent des emplois. On pense notamment au développement récent, par des chercheurs de FPInnovations, du premier masque biodégradable au monde, qui est fait de fibre de bois canadienne.

« Le chemin vers une économie carboneutre n’existe pas sans les solutions de la foresterie canadienne, et ces solutions sont ancrées dans nos engagements envers l’aménagement forestier durable et l’accélération de l’innovation », a indiqué le président et chef de la direction de l’APFC, Derek Nighbor. « Pendant des années, le programme ITIF a été essentiel pour aider les entreprises canadiennes à bien performer dans l’espace mondial d’innovation forestière, où la concurrence est féroce. Il soutient l’innovation au pays afin d’accélérer le développement de solutions en bioéconomie forestière, nous aide à créer de nouveaux produits et fournira de nouvelles possibilités de marchés et d’emplois aux Canadiens », a-t-il ajouté.

 

-30-

 

L’APFC offre une voix, au Canada et à l’étranger, aux producteurs canadiens de bois, de pâte et de papier pour les questions touchant le gouvernement, le commerce et l’environnement. L’industrie des produits forestiers, dont le chiffre d’affaires annuel dépasse 80 milliards de dollars, a des activités dans plus de 600 collectivités. Elle procure 230 000 emplois directs et plus de 600 000 emplois indirects d’un océan à l’autre, ce qui en fait l’un des principaux employeurs au pays.

 

Pour plus d’information:
Kerry Patterson-Baker
Vice-présidente, Communications
c : kpatterson-baker@fpac.ca
t : 613-563-1441 poste 314
Suivez-nous sur Twitter : @FPAC_APFC