Plus tôt aujourd’hui, le gouvernement fédéral a déposé un projet de loi qui mettra le Canada sur la voie vers sa cible de carboneutralité d’ici 2050. L’Association des produits forestiers du Canada (APFC) appuie cette mesure qui établit les balises d’une croissance propre et de la carboneutralité d’ici 2050.

Voici une déclaration du président et chef de la direction de l’APFC, Derek Nighbor :

« Le secteur forestier canadien est en bonne position pour être l’un des chefs de file de notre virage vers une économie à faibles émissions de carbone. Il a déjà réduit ses émissions de GES de plus de 66 % depuis le début des années 1990 et a été le premier grand groupe industriel au pays à présenter un plan pour contribuer à l’atteinte des cibles du gouvernement fédéral en vertu de l’Accord de Paris.

Le Canada peut compter sur un avantage envié par la plupart des pays du monde. En effet, nos forêts et les produits de source durable qu’elles procurent seront parmi les outils les plus puissants de l’arsenal du pays. Les forêts aménagées et les produits du bois constituent déjà un puits de carbone et nous pouvons continuer à réduire les émissions et à stocker plus de carbone pour plus longtemps dans les prochaines années.

Les forêts sont des écosystèmes complexes qui doivent être surveillés et ont besoin de soins, encore plus dans un environnement dynamique et changeant. Les professionnels forestiers sont notre première ligne de défense dans la lutte contre les changements climatiques et jouent un rôle critique sur le terrain en surveillant et en aménageant nos forêts. Avec l’intensification des incendies et des épidémies de ravageurs, l’aménagement forestier est notre meilleur outil pour adapter les forêts et accroître leur résilience, tout en favorisant la sécurité et les gagne-pain.

Les champions de la foresterie durable comme la Finlande et la Suède se tournent de plus en plus vers les produits forestiers pour accélérer leur virage vers une économie carboneutre. Construire en bois réduit l’empreinte carbone des bâtiments ainsi que la pollution pendant la construction d’une proportion pouvant atteindre 45 %.

Les nouvelles technologies, comme la construction en bois massif, et les politiques améliorées d’achat des gouvernements peuvent réduire davantage les émissions. Par ailleurs, utiliser les copeaux, écorces et sciures excédentaires des scieries, qui seraient autrement mis au rebut, pour fabriquer des masques biodégradables ou des biocarburants procure des avantages pour la santé et réduit les émissions de carbone d’une façon durable.

Travaillant à favoriser la reprise économique et à créer une économie faible en carbone pour demain, le secteur forestier canadien compte quelque 140 projets d’investissement d’une valeur de plus de 1,5 milliard de dollars prêts à démarrer au pays, qui renforceront notre compétitivité à l’échelle internationale et créeront ou maintiendront des emplois pour les familles, bien nécessaires pendant cette crise économique.

Le secteur forestier canadien et ses travailleurs ont une incroyable occasion de faire beaucoup plus pour une économie verte et pour la reprise économique après la pandémie. Nous voyons d’un bon œil l’engagement du gouvernement à assurer des investissements à long terme et à favoriser des projets à faibles émissions de carbone résilients en matière de climat. Nous sommes impatients de prendre une place importante dans la solution vers 2050. »

 

-30-

 

L’APFC offre une voix, au Canada et à l’étranger, aux producteurs canadiens de bois, de pâte et de papier pour les questions touchant le gouvernement, le commerce et l’environnement. L’industrie des produits forestiers, dont le chiffre d’affaires annuel atteint 73,6 milliards de dollars et qui représente 12 % du PIB manufacturier du Canada, a des activités dans plus de 600 collectivités. Elle procure 230 000 emplois directs et plus de 600 000 emplois indirects d’un océan à l’autre, ce qui en fait l’un des principaux employeurs au pays.

Pour plus d’information :
Kerry Patterson-Baker
Vice-présidente, Communications
c : kpatterson-baker@fpac.ca
t : 613-563-1441, poste 314
Suivez-nous sur Twitter : @FPAC_APFC