L’Association des produits forestiers du Canada (APFC) se réjouit de la décision du maire d’Ottawa, Jim Watson, et de la ville de mettre en place des mesures incitatives pour favoriser la construction écologique. M. Watson a fait cette annonce dans une allocution sur le projet de budget municipal pour 2012.

« La politique de la « voie express verte », qui vise à accélérer la délivrance de permis de construction, est déjà utilisée dans d’autres municipalités nord-américaines. C’est une bonne façon d’encourager les constructeurs à ériger des bâtiments plus écologiques et à minimiser les déchets de construction », a indiqué Isabelle Des Chênes, vice-présidente aux relations avec les marchés et aux communications à l’APFC.

L’industrie canadienne des produits forestiers est reconnue pour son bon dossier environnemental, notamment grâce à ses politiques innovatrices d’aménagement forestier, à la superficie des forêts certifiées au pays, la plus grande dans le monde, et à l’Entente sur la forêt boréale canadienne, une entente historique conclue avec des groupes environnementaux. Le secteur cherche aussi à extraire plus de valeur de chaque arbre récolté, sous forme de bioénergie, de produits biochimiques et d’autres bioproduits de la plus grande qualité environnementale. De plus, l’APFC travaille à détourner le bois des sites d’enfouissement en Amérique du Nord grâce à l’initiative Recyclebois (recyclebois.com).

Le maire d’Ottawa a déclaré que les critères écologiques porteraient entre autres sur l’éconenergie, la conservation de l’eau, la réduction des déchets des chantiers de construction et la réutilisation des matériaux tirés des activités de déconstruction et de démolition.

« Ces mesures sont intéressantes à la fois du point de vue de l’environnement et du point de vue de l’économie », selon Mme Des Chênes. « Détourner davantage de déchets de bois de l’enfouissement améliorera encore plus le dossier environnemental du bois canadien, diminuera les émissions de gaz à effet de serre, économisera le précieux espace d’enfouissement et fournira un encouragement économique aux collectivités qui trouvent des moyens de réutiliser les matériaux autrefois considéré comme des rebuts. »

-30-

L’Association des produits forestiers du Canada offre une voix, au Canada et à l’étranger, aux producteurs canadiens de bois, de pâte et de papier pour les questions touchant le gouvernement, le commerce et l’environnement. L’industrie des produits forestiers, dont le chiffre d’affaires atteint 57 milliards de dollars par année et qui représente près de 2 % du PIB du Canada, est l’un des plus gros employeurs du pays, a des activités dans des centaines de collectivités et procure des centaines de milliers d’emplois directs et indirects d’un océan à l’autre. Tous les membres de l’APFC ont signé l’Entente sur la forêt boréale canadienne, une entente historique.

Contact média :
Susan Murray
Directrice générale, Relations publiques
Association des produits forestiers du Canada
smurray@fpac.ca  613-563-1441, poste 313

Suivez-nous sur Twitter : @FPAC_APFC