La première stratégie nationale de la bioéconomie au Canada, publiée aujourd’hui par Bioindustrial Innovation Canada, représente la vision de plus de 400 représentants de l’industrie de partout au pays.

La stratégie recommande des actions dans quatre domaines prioritaires identifiés dans le cadre du travail initial effectué par le Conseil consultatif en matière de croissance économique, les Tables sectorielles de stratégies économiques, et les ministres canadiens des forêts. Ces domaines prioritaires sont :

  • Créer une réglementation et une politique gouvernementale agiles;
  • Mettre en place l’approvisionnement et l’intendance de la biomasse;
  • Bâtir des entreprises et des chaînes de valeur fortes; et
  • Bâtir des écosystèmes forts et durables.

Les consultations avec l’industrie ont conclu qu’une stratégie nationale est nécessaire pour propulser la bioéconomie du Canada à son maximum. La stratégie reconnaît le rôle important des grappes et des écosystèmes d’innovation pour l’avancement de la bioéconomie du Canada. Ces établissements facilitent les liens entre les producteurs, les PME et les grandes entreprises dans l’ensemble de la chaîne de valeur domestique et internationale.

Avec cette stratégie, l’industrie a traité des façons de faire du Canada un chef de file mondial grâce à ses avantages concurrentiels, y compris l’accès à la biomasse, le leadership mondial en matière de foresterie et d’agriculture, la gestion durable des ressources et une main-d’œuvre qualifiée.

Les recommandations sont axées sur la commercialisation des innovations pour assurer la croissance de plus grandes entreprises, et d’encourager l’adoption des produits et processus canadiens dans les chaînes de valeur internationales. Les recommandations appuient le développement d’écosystèmes d’innovation partout au Canada. Les recommandations demandent au gouvernement d’introduire des politiques, de la réglementation et du soutien pour les entreprises et les secteurs de l’agriculture et de la foresterie afin d’adopter des pratiques et de nouvelles technologies pour améliorer l’intendance des ressources naturelles et augmenter la productivité.

Le Canada est un des seuls pays sans stratégie de la bioéconomie. Un récent aperçu international produit par le Conseil de la bioéconomie allemand présente le Canada comme n’ayant pas de stratégie spécialisée. Dans un monde à la recherche de solutions pour réduire la dépendance aux combustibles fossiles, et pour répondre aux pénuries de nourriture et à la diminution des ressources, les technologies et les produits de la bioéconomie peuvent offrir des solutions.

Bioindustrial Innovation Canada, BIOTECanada, l’Association des produits forestiers du Canada et FPInnovations – les organisations qui ont entrepris ces consultations – comptent travailler avec leurs réseaux pour mettre en œuvre les recommandations de la stratégie. Les recommandations guideront le travail de ces organisations auprès de l’industrie et des gouvernements. BIC et ses partenaires feront rapport au sujet du progrès de la mise en œuvre de ces recommandations.

Les membres industriels de la bioéconomie du Canada comprennent les producteurs et les transformateurs de la biomasse, ainsi que les entreprises manufacturières qui produisent de la bioénergie, des biocarburants, des produits biochimiques, des biomatériaux et des produits de consommation. En 2015, les entreprises canadiennes ont transformé plus de 21 millions de tonnes métriques de biomasse agricole et forestière en bioproduits. Ces transformations ont généré environ 4,27 milliards de dollars en revenus.[1]

 

Lire le rapport complet ici.

Le rapport complet est aussi disponible au : https://www.bincanada.ca/biodesign

 

Les questions et les commentaires au sujet de la Stratégie de la bioéconomie du Canada devraient être adressés à Sandy Marshall, directrice générale, Bioindustrial Innovation Canada au sandym@bincanada.ca.

 

Nous remercions notre commanditaire Agriculture et Agroalimentaire Canada; nos partenaires BIOTECanada, l’Association des producteurs forestiers du Canada, et FPInnovations; et nos supporteurs BC Bioenergy, BioAlberta, Ag-West Bio, Bioscience Association Manitoba, Manitoba Agriculture, Ontario Agri-Food Technologies, Ontario Federation of Agriculture, Consortium de recherche et innovations en bioprocédés industriels du Québec, BioNB, et le Centre d’innovation de la Nouvelle-Écosse. Nous remercions aussi les 400 représentants de l’industrie et de la bioéconomie qui ont participé aux consultations et dont les généreux commentaires se trouvent au cœur des recommandations.

 

[1] Vue d’ensemble du Système agricole et agroalimentaire canadien, Agriculture et Agroalimentaire Canada (2017)