L’Association des produits forestiers du Canada (APFC) voit d’un bon œil l’engagement du ministre des Transports, Marc Garneau, à instaurer des mesures concrètes pour améliorer le système de transport canadien. M. Garneau a présenté son plan « Transport 2030 » aujourd’hui à Montréal.

Le ministre a promis de déposer une loi au printemps prochain (2017) pour régler les préoccupations en matière de service, avec un accès accru et des échéanciers pour voir aux plaintes ainsi que des données améliorées pour les utilisateurs du système de transport.

« Le transport est un enjeu vital qui a un impact sur la compétitivité et le rendement des exportations du Canada; un manque d’accès à un système fiable et efficace fait mal au secteur forestier », explique Derek Nighbor, chef de la direction de l’APFC. « Nous sommes ravis que le gouvernement prenne des mesures qui aideront l’industrie des produits forestiers à expédier ses produits vers les marchés et qui favoriseront la croissance et la prospérité. Nous serons heureux de travailler avec le gouvernement et nos partenaires à l’amélioration du système de transport dans notre intérêt commun. »

L’industrie des produits forestiers, principalement située en milieu rural, est un secteur exportateur qui a souvent connu des goulots d’étranglement et eu de la difficulté à accéder à un système de transport fiable et efficace pour acheminer rapidement ses produits vers les marchés. Le transport seul représente jusqu’au tiers des coûts de production des entreprises de produits forestiers.

L’APFC se réjouit également que le gouvernement fédéral s’engage à dépenser plus de 10 milliards de dollars au cours des 11 prochaines années pour des projets en matière de commerce et de transport en vue de l’établissement de « corridors de transport » plus efficients pour expédier rapidement les marchandises vers les marchés internationaux.

« Les produits forestiers représentent la principale exportation du Canada en Asie et en Chine et le secteur est au quatrième rang des exportations totales. L’an dernier, nous avons exporté pour 33 milliards de dollars de produits dans environ 175 pays », ajoute M. Nighbor. « C’est pourquoi la décision du gouvernement d’investir dans des infrastructures pour le commerce, d’améliorer les mécanismes de règlement des différends et de fournir des données complètes pour prendre des décisions éclairées est si importante. »

L’APFC approuve aussi l’engagement du gouvernement envers un système de transport à émissions de carbone moins élevées, qui aidera le secteur forestier à atteindre l’ambitieux objectif de son défi « 30 en 30 », par lequel il veut réduire ses émissions de gaz à effet de serre de 30 mégatonnes par année d’ici 2030.

-30-

L’APFC offre une voix, au Canada et à l’étranger, aux producteurs canadiens de bois, de pâte et de papier pour les questions touchant le gouvernement, le commerce et l’environnement. L’industrie des produits forestiers, dont le chiffre d’affaires atteint 65 milliards de dollars par année et qui représente 2 % du PIB du Canada, est l’un des plus gros employeurs du pays, a des activités dans des centaines de collectivités et procure 230 000 emplois directs d’un océan à l’autre.

 

Pour plus d’information :

Fiona McDonald

Coordonnatrice des communications

Association des produits forestiers du Canada

fmcdonald@fpac.ca 613-563-1441, poste 318

Suivez-nous sur Twitter : @FPAC_APFC

Blogue Parlons forêt : http://www.fpac.ca/index.php/en/blog