L’Association des produits forestiers du Canada (APFC) a réservé un bon accueil à la décision du gouvernement d’aller de l’avant dans le dépôt d’une loi pour mettre un terme à la grève des chefs de train et des agents de manœuvre du CN. L’industrie encourage tous les députés à appuyer cette loi pour éviter d’autres perturbations de l’économie.

« L’industrie canadienne des produits forestiers se remet à peine de l’impact de la grève de février dernier et le récent débrayage a occasionné des perturbations considérables du service, la perte de contrats et l’imposition d’amendes à nos membres », a indiqué Avrim Lazar, président et chef de la direction de l’APFC. « L’industrie des produits forestiers est l’un des plus importants utilisateurs du transport par rail au Canada. Elle expédie ainsi des millions de tonnes de produits finis chaque année. La plupart de ses usines sont situées dans des régions éloignées où le rail est le seul moyen de transport viable. Les autres formes de transport terrestre sont trop coûteuses ou simplement absentes et ne peuvent donc prendre la relève, ce qui rend notre secteur particulièrement vulnérable aux interruptions du service, aussi courtes soient-elles. »

« Un système de transport ferroviaire concurrentiel fonctionnant à pleine capacité est un élément clé de la compétitivité du secteur manufacturier canadien en termes de coûts, de service et de fiabilité », a poursuivi M. Lazar. « Le rail est particulièrement important pour une économie qui dépend des exportations comme celle du Canada, où la livraison rapide et peu coûteuse des produits vers les marchés est essentielle à la compétitivité globale du pays. Un conflit prolongé aurait des conséquences économiques désastreuses pour l’économie du Canada et sa réputation comme fournisseur fiable, et c’est pourquoi nous sommes heureux de l’initiative du gouvernement. »

L’APFC est le porte-parole, au Canada et à l’étranger, des producteurs canadiens de bois, de pâte et de papier pour les questions touchant le gouvernement, le commerce et l’environnement. L’industrie forestière canadienne représente 80 milliards de dollars par année et 3 % du PIB du Canada. Il s’agit de l’un des plus gros employeurs du pays, qui a des activités dans plus de 320 de collectivités canadiennes et procure près de 900 000 emplois directs et indirects.

– 30 –

Pour plus d’information, communiquez avec :

Isabelle Des Chênes
Directrice, Communications
Association des produits forestiers du Canada
(613) 563-1441 ext: 323
ideschenes@fpac.ca