L’Association des produits forestiers du Canada (APFC) se réjouit de la décision du gouvernement du Canada d’agir rapidement et de façon décisive pour régler les problèmes persistants recensés par le Comité d’examen des services de transport ferroviaire de marchandises.

Plus tôt aujourd’hui, le gouvernement a indiqué qu’il agirait rapidement pour voir aux faiblesses du service ferroviaire. Les mesures législatives annoncées comprennent l’établissement du droit des expéditeurs à des ententes de service avec les chemins de fer, un mécanisme simplifié de résolution des différends commerciaux et un engagement à élaborer des paramètres de rendement par rapport auxquels le service sera évalué.

« Le gouvernement a reconnu qu’il existe des déséquilibres dans le système de transport ferroviaire canadien, qui ont un impact négatif sur le gagne-pain des collectivités rurales qui dépendent des ressources », a indiqué Avrim Lazar, président et chef de la direction de l’APFC. « Les mesures annoncées aujourd’hui s’appuient sur les améliorations apportées par le gouvernement au service ferroviaire en 2008, grâce à l’adoption du projet de loi C 8, et confirment la justesse des recommandations formulées dans le rapport provisoire du comité d’examen, rendu public en octobre dernier », a ajouté M. Lazar.

De nombreux expéditeurs du secteur des ressources sont situés en région éloignée, où le transport ferroviaire est la seule option viable pour acheminer leurs produits vers les marchés. Dans le cas de l’industrie des produits forestiers, la plupart des usines desservies par le rail sont captives d’un seul transporteur et nombre d’entreprises ont ainsi dû se contenter pendant des années d’un service déficient dû à l’absence de concurrence, sans recours efficace. Le gouvernement a demandé l’examen du service de transport ferroviaire des marchandises il y a trois ans, reconnaissant la nécessité de trouver des solutions à ce problème.

« De notre point de vue, le gouvernement a bien fait de prendre ces mesures et il en résultera un service ferroviaire plus fiable et plus efficient. Les mesures annoncées aujourd’hui aideront nos industries rurales à demeurer concurrentielles, à créer des emplois et à soutenir des centaines de collectivités d’un océan à l’autre. Ce gouvernement a bien fait son travail. Je voudrais souligner particulièrement la détermination du ministre Merrifield à améliorer le système canadien de transport ferroviaire de marchandises », a conclu M. Lazar.

L’Association des produits forestiers du Canada
L’APFC offre une voix, au Canada et à l’étranger, aux producteurs canadiens de bois, de pâte et de papier pour les questions touchant le gouvernement, le commerce et l’environnement. L’industrie des produits forestiers, dont le chiffre d’affaires atteint 54 milliards de dollars par année et qui représente près de 2 % du PIB du Canada, est l’un des plus gros employeurs du pays, a des activités dans des centaines de collectivités et procure des centaines de milliers d’emplois directs et indirects d’un océan à l’autre. Tous les membres de l’APFC ont signé l’Entente sur la forêt boréale canadienne, une entente historique.

-30-

Contact média :
George Wamala
Responsable, Relations et politiques gouvernementales
Association des produits forestiers du Canada
Forest Products Association of Canada
gwamala@fpac.ca
613-563-1441, poste 325