2 novembre 2017 – OTTAWA: L’Association des produits forestiers du Canada et ses membres ont accueilli favorablement la publication, mardi, du Rapport quinquennal sur les progrès de la mise en œuvre du programme de rétablissement du caribou boréal. Comme tous les Canadiens, nous voulons nous assurer que les mesures appropriées sont prises pour contribuer au rétablissement du caribou et, à l’instar de plusieurs établissements d’enseignement et organismes environnementaux, nous croyons que les décisions doivent se baser sur des données scientifiques solides et sur les plus récentes recherches. Il est important de comprendre que nos forêts sont des écosystèmes hétérogènes constitués de centaines d’espèces de mammifères, d’oiseaux et de poissons.

Le rapport d’étape confirme ce que notre expérience sur le terrain nous a indiqué : il s’agit d’une question complexe qui comporte de multiples facteurs et différentes réalités dans les diverses régions du pays.

L’un des aspects les plus préoccupants de ce rapport, qu’il ne faut pas négliger, est qu’il n’y a pas de données suffisantes pour 21 des 51 aires de répartition.  Nous sommes prêts à mettre notre expérience à profit en travaillant avec des partenaires des gouvernements fédéral et provinciaux, des gouvernements et communautés autochtones et des groupes environnementaux pour faire en sorte que nous disposions des données nécessaires pour appuyer le rétablissement du caribou.

L’aménagement forestier est utile pour soutenir le rétablissement d’espèces non seulement par les recherches et les observations que nous avons réunies par notre travail en forêt, mais aussi par le renouvellement de l’habitat. Nos compagnies pense notamment au reboisement pour favoriser les écosystèmes locaux, à la surveillance des populations de caribous à l’aide de colliers émetteurs, à la désactivation des routes forestières une fois qu’elles ne servent plus et aux investissements dans des projets de maintien des femelles gestantes en enclos pour les protéger, ainsi que leurs faons, des prédateurs. Des entreprises forestières collaborent avec des chercheurs et des organismes environnementaux pour trouver des façons innovantes d’intégrer des zones de conservation du caribou à leurs plans d’aménagement forestier.  Nous avons hâte de travailler avec les gouvernements et d’autres partenaires pour soutenir le caribou et nos communautés nordiques et rurales.

-30-

L’APFC offre une voix, au Canada et à l’étranger, aux producteurs canadiens de bois, de pâte et de papier pour les questions touchant le gouvernement, le commerce et l’environnement. L’industrie des produits forestiers, dont le chiffre d’affaires annuel atteint 67 milliards de dollars et qui représente 2 % du PIB du Canada, a des activités dans plus de 600 collectivités et procure 230 000 emplois directs d’un océan à l’autre.

Pour plus d’information :

Richard Walker
Directeur principal, Communications et affaires publiques
Association des produits forestiers du Canada
rwalker@fpac.ca 613-563-1441, poste 314
Suivez-nous sur Twitter : @FPAC_APFC