par Christopher Smith, chef des programmes de conservation boréale, Canards illimités Canada

La forêt boréale est un trésor à l’échelle du globe. Il s’agit du plus grand écosystème terrestre au Canada, qui s’étend de Terre-Neuve à l’Alaska. La forêt boréale représente environ 30 pour cent du Canada et 75 pour cent de nos forêts. Elle abrite la majeure partie de l’eau douce du pays et 85 pour cent de ses milieux humides.

J’ai vécu dans la forêt boréale pendant près de 40 ans et je ne peux m’empêcher de penser à la multitude d’avantages que cette vaste région procure pour la santé et la prospérité des Canadiens : elle purifie l’air et l’eau, stocke le carbone et régularise le climat. Elle abrite 50 pour cent des espèces d’oiseaux et 85 espèces de mammifères du Canada, y compris le caribou des bois, une espèce menacée. Et elle contribue considérablement à notre économie nationale, soutenant une variété d’industries liées aux ressources naturelles et les collectivités qui dépendent de la forêt.

Canards illimités Canada (CIC) collabore avec des partenaires pour préserver les milieux humides depuis près de 80 ans, et s’intéresse particulièrement à la forêt boréale depuis 20 ans. La raison de cet intérêt est simple : cette région est riche en milieux humides et représente un habitat de reproduction pour 40 pour cent de la sauvagine du continent.

Nous savions dès le départ que les partenariats avec l’industrie étaient nécessaires pour atteindre nos objectifs de conservation. Le secteur forestier, avec le développement durable comme fondement, est la première industrie qui s’est présentée pour collaborer avec nous.

L’engagement du secteur forestier envers la conservation des milieux humides a été majeur. Il y a eu des investissements dans des projets de cartographie des milieux humides, dans l’hydrologie du milieu boréal, la recherche sur les oiseaux et les puits de carbone des milieux humides. Des entreprises forestières ont travaillé avec nous pour mieux connaître les milieux humides afin de construire de meilleures routes à impact minimal.  Ces derniers temps, nous travaillons avec une coalition d’entreprises et l’APFC pour élaborer des principes directeurs et de saines pratiques opérationnelles pour conserver les milieux humides boréaux http://www.ducks.ca/news/national/ducks-unlimited-canada-forestry-leaders-launch-innovative-collaboration-boreal-forest-wetland-conservation/).

La conservation de cet écosystème nordique est maintenant plus importante que jamais. Les ressources hydriques subissent une pression croissante et la majorité des milieux humides du sud du Canada sont disparus. Avec l’augmentation de la pression du développement en milieu boréal, il est essentiel de chercher des façons innovatrices de collaborer pour obtenir des avantages économiques, sociaux et environnementaux.

Il n’y a pas d’approche unique à l’utilisation durable du territoire en forêt boréale. Pour réussir, il faut un travail de collaboration entre les gouvernements, l’industrie, les communautés autochtones, les établissements d’enseignement et le monde de la conservation. Grâce à sa compréhension de la valeur des investissements dans des solutions de collaboration, l’industrie forestière fait preuve d’initiative à l’égard des importants défis liés à la conservation et au développement durable.

Pour en savoir plus sur le programme de Canards illimités Canada sur la forêt boréale, visitez le http://www.canards.ca/endroits/la-foret-boreale-du-canada/.