Télécharger le Comprendre la productivité du travail en Ontario et au Québec, 2000-2013 (PDF)

En mai 2014, l’Association des produits forestiers du Canada (APFC) publiait un rapport commandé au Centre d’étude des niveaux de vie (CENV) qui présentait un portrait national de la croissance de la productivité du travail dans le secteur des produits forestiers entre 2000 et 2012.  Ce rapport, intitulé A Detailed Analysis of Productivity Trends in the Canadian Forest Products Sector, indique que pendant cette période, la productivité du travail du secteur a augmenté pour atteindre un taux annuel composé de 2,5 pourcent, soit beaucoup plus que la croissance de l’ensemble du secteur des entreprises, à 0,7 pourcent.

Il est à noter que l’étude montre que le moteur derrière cette croissance rapide était la croissance de la productivité multifactorielle, qu’on considère souvent comme le reflet des améliorations technologiques et des décisions quant à la façon de mener une entreprise.
À la suite de la publication de cette étude d’envergure nationale, l’APFC a chargé le CENV de réaliser une analyse détaillée de la situation de l’Ontario et du Québec entre 2000 et 2013. Les rapports sur le sujet ont été publiés par le CENV en juillet 2015; voici un sommaire des constatations.


Pourquoi la productivité du travail est-elle importante

Les gains de productivité constatés dans l’industrie des produits forestiers en Ontario et au Québec sont essentiels pour concrétiser les promesses de Vision2020, la stratégie du secteur pour renouveler sa main-d’œuvre, tirer parti de son leadership en matière d’environnement et générer des revenus supplémentaires en prenant de l’expansion sur de nouveaux marchés avec de nouveaux produits innovateurs. Une productivité accrue montre aussi que l’industrie est concurrentielle sur la scène internationale.


LE QUÉBEC

Le secteur québécois des produits forestiers a montré la meilleure performance en matière de productivité du travail parmi toutes les provinces pendant la période d’analyse, soit 2000-2013; il a en effet enregistré un rendement de 3,7 pourcent, ce qui est au-dessus de la moyenne, dirigée par les secteurs de la foresterie, de l’exploitation forestière et de la fabrication des produits du bois.


Principales constatations

C’est le secteur de la foresterie et de l’exploitation forestière qui a connu la plus forte croissance de la productivité du travail, soit 6,7 pourcent par année. La productivité du travail dans le secteur de la fabrication des produits du bois a augmenté de 4,8 pourcent par année, alors que dans le secteur des pâtes et papiers, l’augmentation a été de 1,8 pourcent par année.
Par rapport à la croissance de la productivité du travail des autres secteurs, l’industrie québécoise des produits forestiers était au second rang, légèrement derrière l’agriculture, à 3,9 pourcent par année.
La demande mondiale changeante a forcé l’industrie à améliorer son modèle d’affaires pour demeurer concurrentielle. Les principaux facteurs expliquant la croissance de la productivité étaient l’approfondissement du capital, c’est-à-dire l’augmentation du capital par travailleur, une main-d’œuvre plus qualifiée, des changements technologiques et l’innovation, qui ont permis à la production de demeurer stable.
On peut lire le rapport complet du CENV sur le Québec (en anglais) à l’adresse suivante : http://www.csls.ca/reports/csls2015-05.pdf


L’ONTARIO

Le secteur ontarien des produits forestiers a connu une croissance moyenne de sa productivité de 1,0 pourcent par année entre 2000 et 2013, bien que le secteur ontarien avait les gains les plus bas comparés aux secteurs forestiers des autres provinces, il l’a fait dépasser la performance de l’ensemble du secteur ontarien des entreprises, qui était de seulement 0,6 pourcent par année. 
Le virage structural continu qui a réduit la demande de papier, l’effondrement et la reprise anémique subséquente du marché de l’habitation aux États-Unis ainsi que l’appréciation de la valeur du dollar canadien ont mené à une détérioration de la compétitivité des coûts et à une demande réduite pour les exportations de produits forestiers ontariens.


Principales constatations

Entre 2000 et 2013, le secteur des produits forestiers d’Ontario a enregistré la plus faible croissance de la productivité du travail parmi toutes les provinces. Toutefois, le secteur a fait mieux que la moyenne de toute l’industrie au Canada (0,9 pourcent) ainsi que la moyenne de toute l’industrie en Ontario (0,6 pourcent), se classant huitième parmi dix-huit industries pour ce qui est de la productivité du travail.
Quelques indices montrent que certains facteurs non structuraux qui réduisent la demande de produits forestiers ontariens commencent à s’estomper. Par exemple, la valeur du dollar canadien a subi une dépréciation importante récemment et l’économie américaine, les mises en chantier en particulier, a commencé à se rétablir. Ainsi, les perspectives économiques pour le secteur ontarien des produits forestiers se sont améliorées.
L’industrie a subi une transformation majeure ces dernières années. La capacité de production a été réduite, laissant une industrie beaucoup plus modeste qu’auparavant. Il reste à voir si le secteur des produits forestiers de l’Ontario peut demeurer concurrentiel en améliorant sa productivité du travail à l’avenir. Le secteur ne reprendra vraisemblablement jamais la place qu’il occupait, mais il n’est vraisemblablement pas près de disparaître.
On peut lire le rapport complet du CENV sur l’Ontario (en anglais) à l’adresse suivante : http://www.csls.ca/reports/csls2015-06.pdf


RECOMMANDATIONS

L’APFC recommande de mettre un accent renouvelé sur les investissements dans le capital humain et physique ainsi que sur les dépenses en recherche et développement. Pour en savoir plus, consultez : fpac.ca/fr/productivity