L'Association des produits forestiers du Canada

dans la forêt boréale

L’Entente sur la forêt boréale canadienne

L’Entente sur la forêt boréale canadienne (EFBC) a été la plus importante initiative de conservation au monde et a établi un précédent mondial pour l’intégration des valeurs économiques et environnementales. L’objectif principal de l’EFBC était d’assurer un avenir durable à la forêt boréale canadienne, à l’industrie forestière et à tous ceux dont le revenu dépend de cette industrie.

Signée par l’Association des produits forestiers du Canada (APFC) et ses sociétés membres, ainsi que six grands organismes environnementaux canadiens, l’EFBC a mené à de nombreux résultats de collaboration. Parmi les faits saillants, mentionnons l’établissement d’un plan d’action concernant le caribou des bois aujourd’hui appliqué pour soutenir la planification conjointe visant le caribou des bois dans plusieurs régions du Canada, ainsi que les progrès sur les pratiques mondiales d’aménagement forestier durable dans l’ensemble du pays.

L’Entente a six objectifs :

1. Mettre en œuvre les meilleures pratiques d’aménagement forestier durable.
2. Accélérer la création du réseau d’aires protégées pour la forêt boréale.
3. Accélérer les plans de protection des espèces menaces dans la forêt boréale, en particulier le caribou des bois.
4. Prendre des mesures en matière de changements climatiques en lien avec la conservation des forets.
5. Améliorer la prospérité du secteur forestier canadien et des collectivités qui en dépendent. 6. Promouvoir et faire connaître la performance environnementale des entreprises participantes.

Partenariats pour la durabilité Bien que la responsabilité de l’avenir de la foresterie et de la protection de la forêt boréale canadienne repose principalement sur les gouvernements, l’Entente reconnaît que l’industrie forestière et les écologistes doivent aider à définir cet avenir. L’EFBC a fourni aux deux parties une tribune pour travailler à une industrie forestière plus forte et plus concurrentielle et pour mieux protéger et aménager durablement la forêt boréale.

L’entente couvre directement plus de 732 millions d’hectares de forêts publiques, que les sociétés membres de l’APFC exploitent souse licence dans tout le Canada (Carte: Steven Fick/Canadian Geographic)

Prochaines étapes : Partenariats continus L’EFBC a conduit à un engagement des six groupes environnementaux de cesser le boycottage des entreprises forestières signataires. En contrepartie, les entreprises ont suspendu leurs opérations d’abattage sur près de 29 millions d’hectares de forêt boréale. Cette interruption a donné l’occasion aux signataires de collaborer à des initiatives clés qui comportaient notamment des plans d’action pour le rétablissement du caribou dans des zones particulières et des lignes directrices d’aménagement écosystémique que les entreprises participantes pourront utiliser afin d’améliorer leurs pratiques forestières. Le processus de collaboration a également permis de regrouper de nombreux autres intervenants, y compris des groupes autochtones, les collectivités concernées ainsi que les gouvernements (municipaux, provinciaux et fédéral).

L’EFBC sera remplacée par un nouveau modèle fidèle à l’esprit de l’Entente. Ce modèle s’appuiera sur les travaux entrepris dans le cadre de l’EFBC et permettra aux participants de déployer le travail requis d’urgence pour lutter contre les changements climatiques et de mettre à profit la réputation de chef de file mondial du Canada en matière de gestion durable des forêts. L’APFC et les autres signataires de l’EFBC adopteront une approche plus inclusive : davantage de collectivités, de groupes autochtones et d’organismes environnementaux y participeront. Ils amélioreront également l’efficience et l’efficacité de leur science forestière et de leur planification de l’aménagement forestier.

S’appuyant sur les études scientifiques et les cadres décisionnels élaborés dans le cadre de l’EFBC, le nouveau modèle poursuivra les travaux sur les espèces en péril, les aires protégées et les pratiques forestières écosystémiques mondiales. Il favorisera également la réalisation d’un grand nombre de projets de recherche afin d’aider l’industrie forestière à respecter ses engagements ambitieux en matière de réduction des émissions de carbone.

 

Rapports