L’Association des produits forestiers du Canada (APFC) affirme que les recommandations du Comité permanent des ressources naturelles de la Chambre des communes sur la transformation du secteur forestier aideront l’industrie à atteindre les ambitieux objectifs de sa Vision2020.

Le rapport du comité préconise des investissements stratégiques constants pour favoriser la recherche et le développement de technologies innovatrices. Ce type de soutien est nécessaire pour que l’industrie génère les 20 milliards de dollars supplémentaires en activité économique  dus à de nouveaux produits et marchés mentionnés dans sa Vision2020.

Les recommandations portent sur la diversification des marchés et des exportations, notamment par la signature d’accords de libre-échange qui aideront l’industrie forestière à cet égard. Elles proposent également au gouvernement de défendre et de promouvoir le dossier environnemental du secteur, ce qui aidera aussi ce dernier à atteindre les objectifs de sa vision.

« Le Canada est un chef de file mondial de la foresterie durable et nous voulons profiter de cet avantage sur le marché international », explique David Lindsay, président et chef de la direction de l’APFC. « Nous sommes heureux que le comité reconnaisse l’importance d’informer les clients de notre impressionnant dossier en matière d’environnement. »

L’APFC souscrit aussi à d’autres recommandations formulées dans le rapport du comité : que le gouvernement fédéral base sa démarche concernant les espèces en péril sur des données scientifiques, que les codes du bâtiment soient mis à jour à l’échelle nationale pour faciliter un usage accru du bois en construction et que le gouvernement travaille avec les provinces, les municipalités, les Premières nations et d’autres partenaires pour favoriser le développement des entreprises et la formation des travailleurs.

En vertu de sa Vision2020, l’industrie vise à renouveler sa main-d’œuvre par l’embauche de 60 000 travailleurs d’ici la fin de la décennie, notamment de plus de femmes, d’Autochtones et de nouveaux Canadiens.

« Nous nous réjouissons de l’ensemble des recommandations du comité, qui aideront notre industrie dans son cheminement vers la transformation. Le rapport reconnait que le secteur forestier ne peut le faire seul, mais qu’il doit tirer parti de ses partenariats avec les gouvernements et d’autres parties prenantes », selon M. Lindsay. « Ensemble, nous devons développer de nouveaux produits et marchés, profiter de notre excellente réputation en matière d’environnement et attirer une main-d’œuvre moderne et diversifiée. »

David Lindsay est aussi satisfait de constater que le rapport fait référence à la demande de l’APFC quant à de meilleures infrastructures de transport, en particulier de transport ferroviaire.

-30-

L’APFC offre une voix, au Canada et à l’étranger, aux producteurs canadiens de bois, de pâte et de papier pour les questions touchant le gouvernement, le commerce et l’environnement. L’industrie des produits forestiers, dont le chiffre d’affaires atteint 58 milliards de dollars par année et qui représente 2 % du PIB du Canada, est l’un des plus gros employeurs du pays, a des activités dans des centaines de collectivités et procure 230 000 emplois directs d’un océan à l’autre.

 

Pour plus d’information :

Susan Murray
Vice-présidente, Relations publiques
Association des produits forestiers du Canada
smurray@fpac.ca 613-563-1441, poste 313
Suivez-nous sur Twitter : @FPAC_APFC

Visitez notre page Facebook : http://www.facebook.com/FPAC.APFC
Blogue du président : http://www.fpac.ca/fr/foresterie-nouvelles-canada/blogue/