Le gouvernement fédéral devrait prêter attention à l’Entente sur la forêt boréale canadienne (EFBC), un mariage surprenant entre écologistes et industriels, qui contribue à protéger l’environnement et les emplois tout en mettant en valeur l’image du Canada dans le monde.

Voilà le point de vue exprimé hier soir lors d’une table ronde qui avait lieu au Musée canadien de la nature, à Ottawa, à l’occasion de la Semaine nationale de l’arbre et des forêts et de l’Année internationale des forêts. Les participants étaient : Avrim Lazar, président et chef de la direction de l’Association des produits forestiers du Canada (APFC), Richard Brooks, coordonnateur de la campagne Forêt de Greenpeace, et Tim Gray, directeur des programmes pour la Fondation Ivey.

L’entente historique, signée en mai 2010, rassemble 9 groupes environnementaux et 21 entreprises membres de l’APFC. Les deux parties ont accepté de laisser tomber les armes au profit d’une collaboration pour transformer la vieille opposition environnement-économie en un paradigme qui reconnaît la nécessité de préserver l’environnement tout en maintenant une industrie prospère.

Avrim Lazar, de l’APFC, affirme que l’EFBC est l’initiative environnementale la plus marquante depuis dix ans au Canada et il laisse entendre que le pays peut en tirer parti à l’échelle internationale. Il a déjà été appelé à expliquer la démarche de collaboration gagnante qui est à la base de l’entente à Washington, ailleurs aux États-Unis ainsi qu’en Europe, et d’autres industries des ressources au Canada s’y intéressent.

M. Lazar indique que le gouvernement peut aussi tirer des leçons de l’EFBC en matière de planification de la conservation, de protection des emplois et de résolution des différends.

L’EFBC fait maintenant des progrès considérables dans la transformation de l’entente en changements concrets sur le terrain qui permettront de protéger la forêt boréale et des espèces fauniques menacées ainsi que les gens qui dépendent de ce milieu pour leur prospérité et leur mode de vie traditionnel.

Le Secrétariat de l’EFBC travaille également à des plans de protection du caribou, à des pratiques optimales d’aménagement forestier, à la sensibilisation des marchés et à l’approfondissement des relations avec les Premières nations et les gouvernements provinciaux.

 

Personne-ressource :
Susan Murray
Directrice générale, Relations publiques
Association des produits forestiers du Canada
smurray@fpac.ca 613-563-1441 x313