par JP Gladu, président et chef de la direction, Conseil canadien du commerce autochtone

Je suis fier de dire que j’ai toujours entretenu un lien très étroit avec la forêt. Ayant grandi dans le nord-ouest de l’Ontario, j’ai toujours voulu être agent de conservation. Mon père et mon grand-père étaient bûcherons. Je me passionnais pour le hockey, la chasse, la pêche et simplement le fait d’être en forêt. Ces bons souvenirs me rappellent la nécessité d’encourager nos jeunes à suivre leurs passions tôt dans la vie pour trouver des carrières enrichissantes.

En tant président-directeur général du Conseil canadien du commerce autochtone (CCCA), je comprends l’importance de l’industrie forestière ainsi que des emplois valables et des vies satisfaisantes qu’elle continue de créer pour nos gens.

À dix-huit ans, je suis parti étudier la foresterie au collège à Sault St. Marie. Quand j’ai terminé mon cours, mon premier emploi a été pour Ressources naturelles Canada, dans le cadre du Programme forestier des Premières nations. J’ai travaillé avec 40 Premières nations de Sudbury à Fort Frances et Kenora. C’est là que j’ai compris que ma passion à moi, c’était de travailler avec nos communautés.

Je suis donc parti vers l’Ouest, où j’ai travaillé pour le ministère des Forêts à Cranbrook (C.-B.); j’étais le plus jeune conseiller forestier autochtone de la province, à 23 ans.

J’ai commencé tôt dans ma carrière à comprendre l’importance de faciliter les relations entre l’industrie, le gouvernement et les Premières nations.

Le travail qu’accomplit l’Association des produits forestiers du Canada (APFC) constitue une base solide pour de saines pratiques durables qui protègent l’héritage de nos forêts et la prospérité qu’elles procurent à nos communautés.

Reconnaître les jeunes Autochtones et le rôle qu’ils peuvent jouer dans les produits forestiers de demain, par des initiatives comme le prix d’excellence de l’APFC pour les jeunes Autochtones, est primordial.
Le prix est remis à un individu dont le parcours témoigne d’un solide dossier scolaire, d’un engagement dans son domaine d’étude, envers l’industrie des produits forestiers revitalisés et envers la communauté autochtone.

Le partenariat spécial qu’a établi le Conseil canadien du commerce autochtone (CCCA) avec l’APFC est une occasion importante, pour nos organisations respectives, de s’engager sur le terrain avec les jeunes de la relève qui souhaitent travailler dans l’industrie des produits forestiers.

Une autre initiative commune APFC/CCCA est le prix du leadership des entreprises autochtones, qui  souligne la réussite d’un entrepreneur autochtone du secteur des produits forestiers, réussite qui se manifeste par un fort esprit d’initiative, par un rendement exceptionnel au chapitre de l’environnement et de la sécurité et par l’offre de produits et services de qualité supérieure. Le lauréat doit également faire preuve d’un engagement à long terme envers la communauté autochtone, en particulier pour ce qui est de l’emploi.  Le gagnant de cette année est le chef David Walkem, président de Stuwix Joint Resources.

G-D: Fred Dzida, président, Weyerhauser; Dr. John Innes, doyen, UBC Faculty of Forestry; Lennard Joe, Stuwix; JP Gladu, président, CCAB; Etienne Belanger, FPAC

On lui a récemment remis la distinction devant ses pairs et collègues au centre de foresterie de UBC, à Vancouver, où il participe activement comme conseiller des Premières nations à la faculté de foresterie.

Avant lui, les entrepreneurs suivants ont obtenu le prix : Grace Esquega, présidente de Niigaani Enterprises, de Gull Bay (Ontario); Percy Guichon, chef de la bande indienne d’Alexis Creek; Tsi Del Del Enterprises, de Chilanko Forks (C.-B.), et Al Humphry, directeur général de Duz Cho Logging, propriété de la bande de McLeod Lake.

Leur réussite est la preuve que la participation des Autochtones à la revitalisation de l’industrie des produits forestiers vaut la peine d’être appuyée et célébrée.